• Une organisation choisie, au service d’un parcours de formation personnalisé :
    • Mieux informer l’élève et la famille, mieux accompagner l’élève dans l’élaboration de son projet professionnel.
  • Des parcours adaptés, progressifs et sécurisés pour tous les élèves :
    • Une spécialisation progressive dès la classe de seconde et une personnalisation des parcours.
  • La double finalité de l’enseignement professionnel assumée et confortée :
    • Mieux préparer les élèves en fonction de leur choix : poursuite d’études supérieures ou recherche d’emploi.
  • L’acquisition de compétences transversales par l’innovation et la démarche projet :
    • Systématiser la démarche projet dans les formations et encourager les projets collectifs et interdisciplinaires comme la création de mini-entreprises.
  • L’alternance repensée :
    • Mettre à profit les stages de seconde pour permettre à l’élève la découverte de métiers et l’élaboration d’un projet professionnel.
    • Renforcer les liens entre l’entreprise, le tuteur et l’organisme de formation.
  • Une construction plus souple des diplômes :
    • Associer davantage les professionnels dans l’élaboration des référentiels et en accélérer le processus pour mieux tenir compte des réalités économiques locales.
  • Des campus des métiers et des qualifications pour fédérer les énergies :
    • Construire des réseaux d’établissements (voie professionnelle et apprentissage, publics, privés, scolaires, universitaires) en associant avec les acteurs socio-économiques (entreprises, organisations professionnelles, clusters, laboratoires de recherche…).
  • Ressources humaines : des compétences adaptées et reconnues :
    • Repenser la formation des enseignants et développer leur immersion en entreprises sous la forme de stages.
  • L’ouverture européenne et internationale de la voie professionnelle :
    • Encourager l’allongement des mobilités des élèves par la création de périodes de césure. 
  • Encourager et valoriser les mobilités internationales des enseignants.